Roger Rodrigue

 

 

Promoteur de l’Autodrome Ste-Thérèse dans les années 1960.

 

Voici une des voiture qui était la propriété de Mr. Rodrigue, cependant ce n’est pas lui qui les conduisaient car il en confiaient le volant à différent pilotes. Sur l’autre photo c’est Mr. Rodrigue.


(source : Randy Goulet)

 

Biographie de Roger Rodrigue

Par Emmanuelle Goulet

Avec la contribution de son épouse,

ses enfants et d’autres proches.

 

  Roger Rodrigue est né le 14 avril 1931 dans une famille de quatorze enfants.  Intéressé tout jeune par la mécanique, il est devenu garagiste et un homme d’affaires innovateur dans ce même domaine.  Il maria Denise Fortier le 3 août 1957, une union qui donna naissance à cinq enfants; Johanne, Carole, Daniel, Jean-François et Nathalie.  Encore aujourd’hui, cette génération a conservé la passion du stock-car transmise par leur père ! 

 

  Tout d’abord, l’idée d’une piste de course à Ste-Thérèse-de-Lisieux (Beauport Nord) est née d’une incontestable frustration.  Avant de devenir promoteur, Roger Rodrigue, qui à l’époque avait 27 ans, possédait avec ses frères une voiture de course.  Un certain dimanche où ils coururent à Ste-Monique-des-Saules, ils remportèrent une épreuve, toutefois ils ne reçurent pas leur bourse comme prévu.  Évidemment qu’ils la réclamèrent, mais malheureusement les promoteurs aigrefins de cette piste leur ont dit : " Vous n’aurez pas une token! "  et Roger à son tour répliqua promptement "Alors on va s’en faire une piste de courses…~MN!!! ".  C’est ainsi que sur un coup de tête il décida de faire son propre circuit avec ses collaborateurs.  Dès le mardi suivant les travaux sur le site de Ste-Thérèse étaient entamés.

 

  Roger Rodrigue s’était inspiré du modèle de la piste de course de Martinsville en Virginie pour créer l’Autodrome Ste-Thérèse. Au tout début ce fut une piste sur terre battue qui a été asphaltée quelques années après.  Cet autodrome d’un demi mille était le plus rapide au Québec à l’époque et a été en activité de 1958 à 1968 (puis par la suite 2 ans sous la propriété de  M. René Buissière).

 

  Durant les années 60, des pilotes chevronnés tels que Jean-Paul Cabana, Denis Giroux, Don Biderman, André Manny, Philippe Paré, Marcel Corriveau, Félix Bélanger, Jack et Denis Lessard, Serge Giguère, Kenny King et André Smith ont tous déjà conduit leur bolide sur cette piste excitante et spectaculaire de la région de Québec.  Plus encore, le célèbre joueur de hockey, Jean Béliveau a déjà donné le départ d’un Molson 100 tours à l’Autodrome Ste-Thérèse! Cela révèle avec conviction à quel point Roger Rodrigue était un promoteur débrouillard et avant-gardiste.  Personnalité sociale et joviale, il allait même jusqu’à recruter des pilotes américains à Plattsburgh et Malta dans l’état de New-York. 

 

  Comme toute bonne chose a une fin; en 1968 des problèmes d’expansion lui mirent les bâtons dans les roues, à ce même moment il décida de vendre l’autodrome.  Sommairement, aussitôt annoncée, aussitôt vendue à René Buissière qui manifestement en effectua l’acquisition pour fermer l’autodrome définitivement et ainsi stopper la lutte entre Ste-Thérèse et Val-Bélair.  Ce fameux contrat de vente contenait une clause de non-compétitivité qui obligeait Roger Rodrigue à être 15-20 ans sans construire une autre piste de course dans la même région…    

 

  Quoique, téméraire et tellement passionné, Roger Rodrigue avait commencé à regarder un nouveau terrain pour éventuellement y construire une autre piste de course, ce projet n’a jamais été achevé, car M. Rodrigue est décédé subitement le 21 juillet 1976 (45 ans) d’un infarctus du myocarde.