Québec Modern Speedway.

 

Historique datant de 1970.

 

Ouvrit ses portes en 1960, à une piste ovale et en Huit.

 

1966 : La piste de stock-car, le "Québec Modern Speedway" a été vendue. Un sportif de la rive-sud, qui est maire de Saint-Henri de Lévis, René Bussière, s'est porté acquéreur du circuit d'un tiers de mille qui appartenait à Omer Brière et que ce dernier avait érigé il y a sept ans.

 

Un porte-parole du nouveau propriétaire de la piste, Serge Lapointe, qui est également secrétaire-trésorier de la "LMARA" (Late Model Auto Racing Association), a confirmé la vente du "Québec Modern Speedway".

 

"La vente de la piste a été conclue plus tôt cette semaine mais il fallait obtenir la résiliation du bail qu'avaient les "Top Modified Drivers", Maurice Sylvain et Jack Lessard, d'expliquer Serge Lapointe".

 

Commentant le règlement de cette dernière formalité, Lapointe a ajouté : "Tout a été réglé dans l'amiable, d'un côté comme de l'autre. C'est la meilleure chose qui pouvait arriver pour le bien du stock-car dans la ville et la région parce qu'à la suite de cette entente tous les conducteurs se retrouveront de nouveau réunis".

 

Selon Lapointe, qui demeure à son poste de secrétaire-trésorier de la "LMARA" et qui cumulera maintenant la double fonction de Directeur et Publicitaire des deux pistes de stock-car, avec en plus celle de l'Autodrome Ste-Thérèse, a expliqué qu'avant même que la transaction soit faite, un accord conjoint entre les deux pistes a été passé afin d'éviter la concurrence possible entre les deux pistes de stock-car.

 

"Ce sont encore deux pistes différentes avec deux propriétaires différents, mais tous deux sous le contrôle de la "LMARA" qui verra à préparer pour l'an prochain un calendrier pour chaque piste, sans qu'il n'y ait concurrence" d'ajouter le secrétaire-trésorier de course.

 

Parlant de l'entente conjoint entre les deux pistes, il a préciser que l'accord bâclé entre René Bussière, nouveau propriétaire du circuit de Val Saint-Michel, et ceux de l'Autodrome Ste-Thérèse, Roger Rodrigue et Raymond Cyr, prévoit que ni l'une ni l'autre des deux pistes ne seront ouvertes le même jour.

 

Le secrétaire-trésorier de la "LMARA" a déclaré qu'un calendrier d'une vingtaine de programmes sera préparé pour chaque piste alors que les attractions spéciales seront présentées à Val St-Michel et les courses de championnat à l'Autodrome Ste-Thérèse.

 

En laissant entendre que d'autres informations seront communiquées plus tard, le directeur- général du Québec Modern Speedway, a toutefois précisé que la piste sera fermée pour les deux prochaines semaines, mais qu'un programme spécial sera possiblement présenté le 8 octobre.

 

Enfin, soulignant que les suspensions qui avaient été imposées à des conducteurs ont déjà été levées, il a annoncé qu'un programme spécial réunira tous les conducteurs sur la même piste, dimanche après-midi, dans deux classes différentes, à Sainte-Thérèse.

 

1967 : Au nombre des améliorations que les amateurs attendaient ce n'est pas la moindre. En effet, le personnel préposé à l'entretient de la piste à profité des deux semaines de vacances sur le 1/3 mille pour travailler à son embellissement. Une nouvelle couche de peinture revêt maintenant la piste, les gradins, les clôtures, etc...la "Québec Modern Speedway" est devenue "La Piste Blanche" de l'Est du Canada. En 1967, on fusionne avec l'Autodrome Ste-Thérèse.

 

1970 : Le Québec Modern Speedway n'a présenté que des courses en Huit, des sauts au moyen de tremplins, les Hobby et le spectacle des "Imperial Hell Drivers".

 

Ce texte provient d’un journal mais le nom est indisponible.

 

Source : Envoyé par Christian ‘Ti-Gaz’ Genest