En 1971 : Félix Bélanger.

 

Un des pilotes les plus enflammés de la Capitale, fera un retour en piste lors du championnat d'ouverture. Félix, qui a toujours eu le don de soulever les foules, a confirmé sa présence à la dernière minute. Ce pilote conduira une Chevy 11 1964 qui vient tout juste d'être équipé d'un moteur Chevrolet 302 p.c. Z-28.

 

L'on sait que Félix est un spécialiste du 1/3 mille et sa présence sera fort remarqué. Il est possible que les rivalités d'antan se réveille et que l'on voit deux antagonistes se livrer une lutte dans la circulation très dense.

 

 

En 1971 : Félix Bélanger.

 

Qui avait tenté sa chance en début de saison sur une Chevy 11, reviendra à la charge avec un coupé 1936 Chevrolet 327 p.c.

 

 

En 1971 : Félix Bélanger - Nombreuses rivalités.

 

Le tout a commencé lorsque Félix Bélanger et Paul Bergeron se sont accrochés avec le résultat que Bergeron devait s'arrêter à cause d'un dérapage. La foule n'a pas prisée le fait que le conducteur de la Camaro no:111 doive repartir en dernière position. Bergeron a bien tenté de renverser la décision des officiels, mais ce fût peine perdu.

 

Ensuite, ce fût au tour de Richard Lessard de se frôler à Bélanger et, là encore, ce dernier s'en tirait indemne, alors que Lessard effectuait un spectaculaire tête-à-queue.

 

C'était la goutte qui manquait pour tout faire déborder. La foule s'est mise à hurler d'indignation et Lessard en a profité pour lancer des mots aigres-doux à l'endroit de Bélanger. À certains moments on a même vu des poings se lever et l'on s'est demandé si le problème ne se réglerait pas à la façon de John Ferguson.

 

Les esprits se sont un peu calmés lorsque le pilote du 44 fût disqualifié, sa voiture ne respectant pas le poids réglementaire. Félix a admis bien calmement sa faute et il a assuré les officiels qu'il serait en piste avec une voiture légale sur tous les aspects.

 

Bélanger ne manque pas d'expérience et le poids supplémentaire ne l'empêchera pas de travailler de toutes ses forces sur le 1/3 de mille.

 

 

En 1971 : Félix Bélanger.

 

"C'est la première fois en 18 ans de pilotage au stock-car que je participe à une course si forte en compétition". Félix Bélanger résumait le Québec 200 par ces paroles. Adulé par les uns et hais par les autres, était tout heureux d'avoir terminé 1er dans le 1er 100 tours.

 

Depuis le début de la saison la malchance l’a poursuivie; deux moteurs brûlés, un accident, un différentiel cassé, etc...Cette course a été la plus belle de ma carrière, je suis content de moi et heureux pour mon commanditaire qui a risqué beaucoup malgré nos troubles mécaniques.

 

Depuis deux ans, il dût se retirer faute de voiture. Dans la 2e partie, il partit 38e, au 78e tour il était 3e et si ce n'avait été d'une crevaison, il aurait peut-être réédité une autre victoire. Mais une grande partie de son succès est dû à un bolide qui tenait dans les courbes.

 

 

En 1971 : Félix Bélanger - Circuit Ste-Croix.

 

Qui a pris confiance depuis sa victoire au Québec 200 avec sa Chevrolet coupé Modifié, entend bien en faire valoir et peut-être surprendre les plus grands noms de ce sport.

 

Ces textes proviennent d’un journal mais le nom est indisponible.

 

Source : Envoyé par Christian ‘Ti-Gaz’ Genest