En 1972 : Langis Caron.

 

Il a terminé 4ième dans le Molson 200 disputé au circuit des Deux-Montagnes dimanche dernier. Caron a fait une course rapide et régulière pour finir cette épreuve de longue haleine sans aucun dommage.

 

Langis a pris beaucoup d'expérience l'an dernier et je crois qu'il deviendra un concurrent de taille dans les championnats. Sa Chevelle est commanditée par "Speed'n Custom Performance".

 

 

Mini-portrait de Langis Caron.

 

Une silhouette altière, grand, athlétique et toujours souriant...Qui c'est ?...Langis Caron.

 

Langis est originaire de Lac Mégantic, mais demeure dans la Beauce, depuis 15 ans quoique présentement il habite Québec.

 

Il a toujours le cœur dans la Beauce, mais travaillant dans la Capitale chez Speed and Custom Performance, il a dû transférer ses pénates à Québec. Il oeuvre dans le stock-car depuis plus de 5 ans dont trois ans sur terre battue.

 

C'est là d'ailleurs qu'il a fait ses débuts et qu'ils a connu ses premiers succès. Il décrochait le championnat sur "terre" deux ans d'affilée.

 

L'an dernier il tentait un premier essai sur asphalte et ce fût pas long qu'il se fît valoir. Bien plus en fin de saison, il se méritait le championnat de la piste de Val St-Michel.

 

Ses plus belles performances sont sans aucun doute une 2e place dans la Québec 200 en 1971.

 

Il a fait de nombreux incursions dans le circuit NASCAR et les Américains ont appris à le respecter.

 

Cette année, il continue toujours de suivre partiellement le Circuit NASCAR.

 

Langis est un heureux célibataire de 29 ans qui a toujours aimé la vitesse puisque dès son jeune âge, il s'amusait avec un "go-kart". Maintenant qu'il est vieux et plus sage, il compte bien aller vers le succès et si possible vers les grandes épreuves Américaines.

 

 

En 1972 : Langis Caron.

 

Après Jean-Paul Cabana, c'est maintenant au tour de Langis Caron d'avoir son propre fan-club.

 

 

En 1972 : Langis Caron.

 

Je n'aurais pas aimé être dans les pantoufles de Langis Caron le matin du 24 septembre les journaux annonçaient sa participation au Molson 400 et au Dow 100.....

 

 

En 1972 : Langis Caron.

 

"Nul n'est prophète dans son pays", voilà comment le vainqueur du Dow 200, Langis Caron, résumait la situation de la course qui s'est déroulée, hier, devant quelques 8,000 spectateurs enthousiasmes au circuit Deux-Montagnes, près de Saint-Eustache.

 

Le jeune homme de 29 ans, aux cheveux et à la moustache qui lui tombent sur le cou et sur le menton, revenait lentement du cercle des vainqueurs tenant d'un bras le trophée de la victoire et entourant sa petite amie de l'autre. "J'ai été surpris que les gars de Montréal ne soient pas plus vite ici aujourd'hui. Habituellement, Gratton, Manny et Ste-Marie sont presque imbattables sur cette piste-ci".

 

La plus forte opposition de la course lui est venue de son compatriote de Québec, Marcel Corriveau. "Cela ne m'inquiétait pas. Durant les courses de qualifications, Marcel a remporté une des trois épreuves, mais son temps pour les dix tours fut supérieur au mien, même si j'ai terminé 2e, derrière André Scott, dans une autre course préliminaire. Je savais donc que j'étais plus vite que lui, et le fait qu'il me suivait de près ne m'inquiétait aucunement", de raconter le jeune homme qui pratique son sport favori depuis deux ans, après avoir passé trois années sur les pistes de terre battue.

 

Même s'il ne s'agissait que de sa 1ère grande victoire. Caron a roulé régulièrement, ménageant sa monture et évitant les accidents ou les accrochages. "C'est à partir du 150e tour, que j'ai eu confiance en la victoire, la température et la pression d'huile du moteur de ma Chevelle se tenait à la normale", de dire le pilote originaire de St-Geroges de Beauce, qui poursuit sa profession de mécanicien chez son commanditaire, Speed & Sport, une firme de haute performance de la vieille Capitale.

 

Ces textes proviennent d’un journal mais le nom est indisponible.

 

Source : Envoyé par Christian ‘Ti-Gaz’ Genest